Editorial

Editorial d’Octobre 2019

COMMENT ETRE MISSIONNAIRE AUJOURD’HUI ?

Le Pape François a décidé de faire de ce mois d’octobre 2019 un mois missionnaire. Souvent, lorsque nous entendons parler de missionnaires, nous pensons aux personnes qui quittent leur pays pour aller prêcher la Bonne Nouvelle de Jésus dans un pays lointain, en Afrique, en Asie ou en Amérique Latine. Or tout chrétien baptisé est missionnaire du fait que, de par son baptême, il est envoyé pour vivre et pour être témoin de l’Evangile. Etre missionnaire, c’est être porteur de la Bonne Nouvelle de Jésus.

Et cette Bonne Nouvelle peut prendre des formes très différentes les unes des autres. Ainsi, sans avoir à quitter notre paroisse, nous sommes appelés à être missionnaires. Comment, alors, être missionnaires aujourd’hui ? Pour poser la question autrement, pour chacun de nous, comment pourrais-je être témoin de l’amour de Dieu pour tous les hommes là où je suis et tel que je suis ? Quel type de mission pourrais-je accomplir pendant ce mois missionnaire là où je suis et avec ce que je suis ? Cela pourrait être un acte à réaliser, comme rendre visite à une personne malade ou isolée, ou un service à rendre, comme donner à manger au chat d’un voisin qui est absent, ou encore un geste à faire, comme soutenir ceux qui sont découragés ou qui traversent une épreuve, ou offrir un sourire à un visage ravagé par la mélancolie et la souffrance. Cela pourrait encore consister à faire une démarche de réconciliation auprès d’une personne, ou témoigner de compassion, de gentillesse, de bienveillance, ou de gratitude vis-à-vis de notre entourage. Bref, nous sommes, tous, appelés à porter la bonne nouvelle de la paix, de la joie, de l’espérance, de la bienveillance et du bonheur autour de nous.

Par ailleurs, cette démarche missionnaire peut se vivre soit personnellement par chacun, soit communautairement ou collectivement, par exemple au niveau de la famille, dans un mouvement, dans une association, dans une équipe, au sein d’un service, dans un groupe.

Ainsi, chacun de nous est invité à voir ce qu’il peut faire pour vivre ce mois missionnaire. Le plus important, c’est de faire quelque chose de concret, c’est de vivre un temps fort. En effet, au niveau de notre foi, le plus important n’est pas, d’abord, ce qui est cru, le contenu de notre foi, mais surtout ce qui est vécu, le contenu de notre vie. C’est le vécu qui est premier dans le domaine de la foi. Ce qui importe le plus à Dieu, c’est notre vécu, c’est notre vie, c’est ce que nous vivons concrètement. Notre foi doit, donc, éclairer et guider notre quotidien. Notre foi doit être vécue à travers notre quotidien. Et, ultérieurement, nous pourrons partager avec les autres ce que nous aurons vécu pendant ce mois missionnaire pour nous encourager mutuellement et pour nous partager de bonnes nouvelles.

Bonne mission à tous !

P. Clément