Editorial

Editorial de Novembre 2019

TOUSSAINT, FETE DE TOUS LES SAINTS : POUVONS-NOUS ETRE SAINTS, NOUS AUSSI ?

En célébrant la fête de la Toussaint, nous pouvons nous demander si, nous aussi, nous pouvons être saints. A cette question, le pape François répond par un « oui ». Ce sont tous les enfants de Dieu qui sont appelés à être saints. Voici ce que le pape dit : « J’aime voir la sainteté dans le patient peuple de Dieu, chez ces parents qui éduquent avec tant d’amour leurs enfants, chez ces hommes et ces femmes qui travaillent pour apporter le pain à la maison, chez les malades, chez les religieuses âgées qui continuent de sourire. Dans cette constance à aller de l’avant chaque jour, je vois la sainteté de l’Eglise militante. C’est cela, souvent, la sainteté « de la porte d’à côté », de ceux qui vivent proches de nous et sont un reflet de la présence de Dieu, ou, pour employer une autre expression, « la classe moyenne de la sainteté ». Et le pape continue : « Ce que je voudrais rappeler, c’est surtout l’appel à la sainteté que le Seigneur adresse à chacun d’entre nous, cet appel qu’il t’adresse à toi aussi. Le Concile Vatican II l’a souligné avec force : « Pourvus de moyens salutaires d’une telle abondance et d’une telle grandeur, tous ceux qui croient au Christ, quels que soient leur condition et leur état de vie, sont appelés par Dieu, chacun dans sa route, à une sainteté dont la perfection est celle même du Père. »

Chacun a, donc, son chemin propre de Sainteté. Nous ne sommes pas obligés d’être des « copies-conformes » de ceux qui sont déjà reconnus « saints » de manière officielle par l’Eglise. Ainsi le pape dit : « Chacun dans sa route », dit le Concile. Il ne faut donc pas se décourager quand on contemple des modèles de sainteté qui semblent inaccessibles. Il y a des témoins qui sont utiles pour nous encourager et pour nous motiver, mais non pour que nous les copiions, car cela même pourrait nous éloigner de la route unique et spécifique que le Seigneur veut pour nous. Ce qui importe, c’est que chaque croyant discerne son propre chemin et mette en lumière le meilleur de lui-même, ce que le Seigneur a déposé de vraiment personnel en lui et qu’il ne s’épuise pas en cherchant à imiter quelque chose qui n’a pas été pensé pour lui. Nous sommes tous appelés à être des témoins, mais il y a de nombreuses formes existentielles de témoignage. En effet, la vie divine se communique aux uns d’une manière et aux autres d’une autre. Cela devrait enthousiasmer chacun et l’encourager à tout donner pour progresser vers ce projet unique et inimitable que Dieu a voulu pour lui de toute éternité. »

En particulier, le pape souligne la place privilégiée des femmes dans le domaine de la sainteté lorsqu’il écrit : « Parmi les formes variées, je voudrais souligner que le « génie féminin » se manifeste également dans des styles féminins de sainteté indispensables pour refléter la sainteté de Dieu en ce monde. Je tiens à évoquer tant de femmes inconnues ou oubliées qui, chacune à sa manière, ont soutenu des familles et des communautés par la puissance de leur témoignage. »

Concrètement, qu’est-ce que nous avons à faire pour être saints ? Voici ce que le pape répond : « Nous sommes tentés de penser que la sainteté n’est réservée qu’à ceux qui ont la possibilité de prendre de la distance par rapport aux occupations ordinaires, afin de consacrer beaucoup de temps à la prière. Il n’en est pas ainsi. Nous sommes tous appelés à être des saints en vivant avec amour et en offrant un témoignage personnel dans nos occupations quotidiennes, là où chacun se trouve. »

Et le pape précise : « Cette sainteté à laquelle le Seigneur t’appelle grandira par de petits gestes. Par exemple : une dame va au marché pour faire des achats, elle rencontre une voisine et commence à parler, et les critiques arrivent. Mais cette femme se dit en elle-même : « Non, je ne dirai du mal de personne ». Voilà un pas dans la sainteté ! Ensuite, à la maison, son enfant a besoin de parler de ses rêves et, bien qu’elle soit fatiguée, elle s’assoit à côté de lui et l’écoute avec patience et affection. Voilà une autre offrande qui sanctifie ! Ensuite, elle connaît un moment d’angoisse, mais elle se souvient de l’amour de la Vierge Marie, prend le chapelet et prie avec foi. Voilà une autre voie de sainteté ! Elle sort après dans la rue, rencontre un pauvre et s’arrête pour échanger avec lui avec affection. Voilà un autre pas ! » C’es pour cela que le pape Benoit XVI dit : « La sainteté n’est rien d’autre que la charité pleinement vécue. »

Le pape François nous fait, ensuite, une recommandation : « Demande toujours à l’Esprit ce que Jésus attend de toi à chaque moment de ton existence et dans chaque choix que tu dois faire, pour discerner la place que cela occupe dans ta propre mission » qui consiste à « construire avec Jésus ce Royaume d’amour, de justice et de paix pour tout le monde. Tu dois offrir le meilleur de toi-même pour la construction d’un tel Royaume. »

Bonne route à tous sur le chemin de la sainteté !

P. Clément