Editorial

Editorial de Mai 2019

CETTE ESPERANCE QUI NOUS FAIT VIVRE

Il n’est plus à dire que l’Eglise dans le monde et l’Eglise de France, en particulier dans notre diocèse, vivent des moments difficiles depuis un certain temps. Les différents faits et évènements ne sont plus à rappeler. Devant une telle situation, nous pouvons être blessés, choqués, déçus, révoltés, désemparés, exaspérés, désespérés. De telles attitudes ne vont pas arranger ni améliorer la situation. C’est pourquoi il revient à chacun, personnellement, là où il est, avec ce qu’il est, de voir ce qu’il peut faire pour aller de l’avant.

Il y a, d’abord, la démarche de conversion, du fait que personne n’est parfait. Nous avons, tous, à nous améliorer. C’est à nous de voir le ou les domaines dans lesquels nous avons besoin de nous convertir en revenant à Jésus, à son Evangile, au chemin qu’Il nous ouvre. La priorité est de revenir à Jésus et à son Evangile parce que c’est cela qui fait que nous sommes chrétiens. C’est cela qui constitue notre identité profonde. Ainsi, dans nos actes et dans nos paroles, dans nos attitudes, dans nos mentalités, dans nos habitudes, tout ce qui n’est pas en cohérence avec Jésus et avec son Evangile doit être émondé. L’Evangile doit passer avant tout, pour tout orienter et tout guider. Du coup, il nous est nécessaire de mieux connaître Jésus et l’essentiel de son Evangile.

Nous pouvons aussi favoriser et faire avancer tout ce qui est positif dans nos familles, dans nos quartiers, dans nos villages, au sein de notre paroisse. Pour cela, chacun est invité à s’engager, à prendre ses responsabilités. L’Eglise est, en effet, l’affaire de tous les baptisés. Aussi, toutes les bonnes initiatives sont les bienvenues car le bien est la source de notre véritable bonheur.

Par ailleurs, n’oublions pas que nous ne suivons pas un être humain, qu’il soit pape, cardinal, évêque, prêtre, diacre, membre de l’EAP, personne-relais etc. Non ! Nous suivons Jésus, l’Homme-Dieu. Nous suivons Dieu. Et Dieu nous soutient quand nous sommes tentés de nous décourager et que le désespoir nous guette. Et nous ne devrions pas oublier que Jésus ressuscité a définitivement vaincu le mal, le péché et toute forme de mort. Et cette victoire définitive de Jésus sur le mal et le péché nous donne l’espérance selon laquelle ce ne seront pas le mal et le péché qui auront le dernier mot, mais le bien et la grâce. Par la suite, cette espérance nous donne la force et le courage de combattre, de toutes nos forces, toute forme de mal et de péché.

La résurrection de Jésus est donc le fondement et la source de l’optimisme qui nous anime en face du mal et du péché. En raison de la résurrection de Jésus, nous ne nous désespérerons jamais devant le mal et le péché.

Ne nous laissons pas abattre par le mal et le péché. Au contraire, la foi en Jésus ressuscité nous permet d’espérer en la victoire du bien et de la grâce sur le mal et le péché.

Bon courage à tous !

P. Clément



Le 18 mai, aller à la rencontre de Taizé, d’autres paroissiens, d’autres frères chrétiens ! Fraternité – Convivialité – Prière – Échange Nous aurons la chance d’assister à la belle prière du samedi soir avec le partage de la lumière pascale départ de Charlieu à 8h55, présentation de Taizé à 11h, prière à 12h20, repas tiré du sac à 13h, échanges, rencontres, ateliers, repas à Taizé (compris) à 19h, prière du samedi soir avec partage de la lumière pascale à 20h30, départ à 21h15, retour à Charlieu à 23h . Prendre un siège pliant pour ceux qui ne peuvent pas s’asseoir par terre. Inscriptions avant le 8 mai auprès des personnes-relais, à la cure ou au 06.31.96.98.97, ou par mail : loic.coordo@gmail.com Participation aux frais : 12€ par personne, soutien possible, tarif familles